Chargement de la page en cours... 


Appel pour les libertés syndicales

Appel pour les libertés syndicales en Algérie

Appel pour libertés syndicales en Algérie par HOUARI Kaddour  SNAPAP

 

Au moment où le pouvoiralgérien invente de nouvelles formules pour s’auto amnistier d’effroyablesviolations des droits de l’homme, les libertés d’expression, de réunion demanifestation mais aussi syndicales sont plus jamais réprimées en Algérie. Nousappelons dans ces circonstances à, plus que jamais :
la levée des lois d’exceptions, des discriminations sociales et des usurpationsdu pouvoir.
la révision de la constitution et la garantie de la séparation des pouvoirs.
la réforme des institutions et de l’administration de l’Etat, ladécentralisation et la modernisation de celle-ci. Nous mettons en garde l’UE,les Etats-Unis et l’ensemble des pays qui se reconnaissent dans le campdémocratique contre le soutien intéressé qu’ils apportent en permanence àl’état algérien depuis la crise de 1991. Sur le plan social les syndicatsautonomes constatent que la logique économique du gouvernement d’inspirationnéo-libérale a entraîné une détérioration brutale et continue des conditionsd’existence des salariés et de leur niveau de vie. L’irresponsabilité et laculture autoritaire du gouvernement ont empêché de manière bureaucratiquel’installation de tout dialogue social.. Nous sommes pour une Algérierespectueuse des droits des salariés qui garantissent des salaires décents uneprotection sociale efficace, la préservation de l’emploi, la lutte contre laprécarité, la défense d’un service public de qualité. La régression généraleaffecte aussi particulièrement la condition féminine en Algérie. Le code de lafamille en vigueur, en dépit de récents amendements secondaires, demeure uncarcan juridique qui enferme les femmes dans une condition de mineure à vie. Iln’est pas de liberté ni de progrès sans que l’égalité absolue de situation soitreconnue aux hommes et aux femmes dans tous les domaines, ce qui signifiepréalablement l’abrogation du code de la famille archaïque confirmant le statutinacceptable imposé aux Algériennes depuis l’indépendance. Nous appelons toutesles Algériennes et tous les Algériens, tous les démocrates de quelques originesqu’ils soient, à soutenir ceux qui se battent pour ces objectifs en Algérie. Nousappelons enfin toutes les organisations syndicales, tous les mouvements etassociations soucieux de la défense des libertés à manifester activement leursolidarité afin de les aider à bâtir une Algérie de justice et de liberté commela voulaient, il y a quatre-vingts ans, les fondateurs du mouvement delibération nationale.

le 03.05.2010