Chargement de la page en cours... 


Le succès de la grève

Le succès de la grève


Le succès de la grève de l’autre jour est un événement majeur .pour le SNAPAP CHLEF par Mr HOUARI Kaddour président du bureau de la wilaya de SNAPAP CHLEF

 

Tous mènent une action déterminée et sans faille pour le déve­loppement durable, tous luttent contre la vie chère, font du mécénat, animent du syndicat  S.N.A.P.AP…

S’ils ouvrent le tous les jours , c’est unique­ment pour répondre aux attentes des adherents. S’ils emploient à temps partiel tant de salariés, et d’abord des femmes (37 % en moyenne, 70 % dans le hard discount), c’est au nom de la souplesse que cela leur apporte dans leur vie de famille. S’ils ne les payent pas davantage, ce doit être au nom de la lutte contre la vie chère ou contre l’inflation dans l’algerie .

Pourtant, rien ne va plus. Et la récente grève dans ce secteur de la fonction publique , à l’appel des7 syndicats, malgré les pressions de tous ordres et flicage redoublé, a été, de l’avis général, massive et réussie. Elle concer­nait 600 000 employés. Le ministre du Travail assure que si le travail du grève  était géné­ralisé, les salariés auraient un droit au refus. Quelle blague !

Travailler plus, toujours plus, ça c’est clair. Gagner plus, c’est non… L’annua­lisation du temps de travail autorise à des surcharges de travail à certaines pério­des, compensées par une moindre acti­vité à d’autres. La souplesse des horaires autorise à atomiser la vie des salariés avec des journées coupées en deux. Des heures passées hors de chez soi sans que l’on puisse se reposer, sans rien faire d’autre qu’attendre la reprise dans une autre tranche horaire. C’est la vie en miettes pour moins que le SMIC. Déjà, en divers points du pays, les salariés de plusieurs grandes surfaces avaient commencé à bouger, dans tous les secteurs

Travailler plus. le slogan fétiche du gouvernement et du président apparaît plus encore qu’ailleurs pour ce qu’il est vraiment : un miroir aux alouettes et une fin de non-recevoir opposée à toute augmenta­tion des salaires. “ Libérer le travail ”, des expres­sions qui sont autant de manipulations du sens des mots, systématisées dans le rapport du  SNAPAP. Les mots réels sont : “ exploitation ”, “ sur­exploitation ”, “ régression sociale ”. Que serait une société qui ne connaîtrait plus jamais d’arrêt, de trêve, de respira­tion ? La dérégulation massive que les grands groupes tentent de mettre en place dans la distribution, c’est la sou­mission de tous à la marchandise et à la roue folle du profit.

Le succès de la grève de l’autre jour est un événement majeur .pour le SNAPAP CHLEF