Chargement de la page en cours... 


Algerie

Algerie


L’Algérie en bref

Capitale: Alger

Superficie: 2.381.741 km2, soit le deuxième plus grand pays d’Afrique derrière le Soudan. Le Sahara occupe sept huitièmes de son territoire.

Régime: présidentiel. L’armée joue un rôle prépondérant. L’islam est religion d’Etat.

Président: Abdelaziz Bouteflika, en place depuis 1999.

Langues: arabe (officielle,75%), berbère (récemment reconnu, sera enseigné à l’école), français (langue administrative) et différents dialectes.

Ressources du sous-sol: pétrole, gaz naturel, acier, chrome, cuivre, nickel.

Taux de chômage: 29% au début de 2003, soit3,3 millions de personnes dont plus de 70% ont moins de 30 ans!

Dernières tendances: augmentation de la pauvreté 69 %  surtout dans les villes où vit le 60% de la population.

 

Un peu d’histoire

680: début de la conquête arabe. Résistance berbère jusqu’au XIIIe siècle. Islamisation puis arabisation.

1827: début de la conquête française. L’Algérie fut le premier pays du Maghreb visé par la colonisation en raisons de ses richesses naturelles et de sa position stratégique sur la Méditerranée. Les combats ont décimé près de la moitié de la population algérienne, qui n’a commencé à se reconstituer qu’à partir de 1901.

1954: déclenchement de la guerre de libération nationale.

1962: signature des accords d’Evian. Indépendance de l’Algérie

1980: premier soulèvement des Berbères de Kabylie (le printemps berbère).

1990-1993: émergence du GIA, le Groupe islamique armé, à l’origine d’un nombre incalculable d’assassinats et

d’enlèvements.

1992: coup d’Etat après le premier tour des élections législatives qui voyaient l’opposition incarnée par le FIS,

Front islamique de salut, arriver largement en tête des suffrages. Début de la terreur. L’état d’urgence instauré

après le coup d’Etat de 1992 est toujours en vigueur aujourd’hui. Assassinat de nombreux intellectuels, artistes et politiciens. Villageois massacrés dans leur village.

2003: groupe de touristes enlevés le mois passé dans le désert du Sahara

 

 

  Au prix fort

La guerre de libération apris fin en 1962 avec la   signature des accords  d’Evian. Mais l’Algérie a   payé son indépendance auprix fort. Durant ces huit ans   de combats qui ont vu au   côté de la France l’engagement   des soldats de l’Otan,l’Algérie a été quadrillée par  près d’un million de légionnaires,  le pays a été bombardé   au napalm, 8000 villages  ont été détruits, et trois  millions de personnes furent  déplacées. Bilan final: un  million de victimes du côté  algérien et 55.000 du côté  européen. Une guerre sanglante au nom d’une liberté  que les Algériens n’ont toujours  pas acquise. «Depuis   l’indépendance, c’est la même élite qui gouverne le pays, déclare  Nadir. Mais je ne veux pas remettre de l’huile sur le feu  en accusant certaines personnes. L’Algérie a besoin de diplomatie,  on ne s’en sortira jamais si on répond à une agression par une   autre agression. Je préfèreconstruire que détruire.» /vke