Chargement de la page en cours... 


APPEL

APPEL


Le bureau de la wilaya de CHLEF   est très préoccupée par des actes de violence envers des délégués syndicaux rassemblés à Alger le 15.04.2008.

Plusieurs centaines de délégués du Syndicat nationale autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) et d’autres syndicats autonome telque CNAPAST .SNTE.SATEF…. s’étaient rassemblés le 15.04.2008 pour un sit-in devant le GOUVERNEMENT  Alger afin de défendre les droits des travailleurs qu’ils représentent. Autour de 3 heures, ils ont été violemment dispersés à coups de matraque par des agents des services de sécurité.

Ces événements constituent des atteintes à la liberté de rassemblement pacifique, garantie tant par la constitution algérienne que par les Conventions internationales de protection des droits de l’Homme auxquelles l’Algérie est partie et notamment l’article 21 du Pacte international sur les droits civils et politiques. Ils constituent en outre des entraves à l’exercice du droit syndical en Algérie, garanti par les Conventions internationales de l’OIT ratifiées par l’Algérie et notamment la Convention n°87 sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical de 1948.

Ces faits s’inscrivent parmi les restrictions à l’exercice du droit syndical en Algérie, dont témoignent de nombreux syndicats autonomes et analysés dans le rapport de la FIDH « Algérie : Pluralisme formel et entraves à l’exercice du droit syndical ». Le SNAPAP a déposé, en septembre 2001, une plainte auprès du Comité de la liberté syndicale de l’OIT pour « entraves à la constitution d’une confédération syndicale età l’exercice des droits syndicaux ainsi que d’actes de harcèlement antisyndical de la part des autorités publiques ».