Chargement de la page en cours... 


Licence-Master-Doctorat

Nouveauté!


 

LMD (Licence-Master-Doctorat) en Algérie

 

Depuis des années, les professions paramédicales revendiquent une  reconnaissance professionnelle avec une équivalence de diplôme universitaire. Cette revendication est relancée avec la mise en place  du LMD (Licence-Master-Doctorat)

Les professions paramédicales revendiquent légitimement une reconnaissance professionnelle en regard de leur niveau d’études, qui est de Bac +3 ou 4 selon les professions. Le processus de mise en place du LMD a relancé cette revendication ancienne. Les mobilisations en 2004 des cadres syndicaux s.n.a.p.a.p, montrent l’urgence de répondre à la question.

 Le conseil national de santé affilier au s.n.a.p.a.p n’a été invité qu’à une seule réunion
au ministère en 2004 (comme l’ensemble des syndicats) concernant le LMD,
alors que nombre d’associations non professionnel ont depuis maintenant près d’une annee  entamé des « négociations » sur ce dossier en réclamant des études
universitaires. Lors de cette rencontre, le responsable des universités
en charge du dossier « LMD et formations paramédicales » avait prétendu
qu’aucun diplôme professionnel ne pouvait être reconnu sur le plan
universitaire… exception faite pour les médecins et ingénieurs !

De qui se moque-t-on ? Ce qui est possible pour les uns doit l’être pour
les autres !

Rien ne s’y oppose techniquement. D’ailleurs, les formations du secteur
sanitaire sont bien décortiquées les unes après les autres en « modules »
pour l’intégration des candidats à la VAE… sur la même logique que
les (système européen de crédits d’enseignement) universitaires.

Pourquoi un module de psychologie ou de méthodologie de la recherche
en formation paramédicale n’aurait-il pas la même valeur que ce même
module à la fac ? nous savons que Le Ministère refuse aujourd’hui que le diplôme
professionnel donne droit en même temps au diplôme universitaire.
Ne soyons pas dupes : la reconnaissance au niveau universitaire
c’est un accès aux rémunérations de catégorie A. C’est donc la question
économique qui explique ce refus !

S.n.a.p.a.p /santé  reste vigilant sur ce dossier et sur les revendications mises
en avant par certaines associations ou syndicats professionnels
qui profitent d’une légitime revendication des personnels
pour défendre la mise en place